La Guerre Obscurae Index du Forum La Guerre Obscurae
Campagne de Warhammer 40 000: La Guerre Obscurae
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Débarquement Agripinéen.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Guerre Obscurae Index du Forum -> Espace de Campagne -> Récits et Fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alexeï Daïmoxe
Archange Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2008
Messages: 713
Grade: Inquisiteur
Masculin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 10:37 (2008)    Sujet du message: Débarquement Agripinéen. Répondre en citant

Histoire de vous dire que je ne suis pas mort, actuellement je n'ai pas trop d'inspiration et la tête à écrire des textes, malgré tout j'ai fait cet essai, encore là, rien n'est complet, c'est réellement pour le plaisir.



Le colonel Frey du 128ème d’Agripinaa regarda l’autre rive alors que sa péniche avançait, bondée d’une cinquantaine de soldats. Son régiment était l’un des rares de sa fondation a ne pas s’être rebellé contre le règne de l’Empereur-Dieu. Il pria ce dernier, espérant que Son regard soit sur eux alors qu’ils s’apprêtaient à plonger au combat. Le transporteur civil détourné dans lequel il était longeait le pont intercontinental depuis près d’une heure et il voyait toujours de nouvelles explosions sur cette titanesque construction alors que des détachements complets de super guerriers s’y affrontaient.

Le colonel avait appris de nombreuses rumeurs au sujet d’un violent massacre qui s’était produit entre des forces d’Astartes qui se seraient rebellés au Chaos et un détachement de ces xénos eldars. Frey craignait ces derniers autant que l’ennemi car ils ne lui semblaient ni amicaux, ni être réellement stables. Ces créatures étaient liées entre elles par d’étranges ficelles invisibles, semblant se comprendre sans se parler et se croyant sans cesse supérieurs aux hommes et plus intelligents, mais actuellement, ils les aidaient à protéger Agripinaa, leur très cher monde natal.
Son regard se tourna lentement vers les sections d’assaut qui étaient à ses côtés. La moitié d’entre eux étaient de nouvelles recrues, fraîchement enrôlées pour le front dans la population. La guerre était dure et les survivants avaient désormais une forte volonté de combattre et de protéger la planète.

Leurs uniformes d’une autre facture que celle Agripinéenne, étaient pour la plupart trop grands ou trop petits, fournis sans réel soucis du détail. Tout était fait à la presse, les armées se recrutaient et étaient envoyées en moins de deux. Les troupes décimées et désorganisées suite à de violents combats se faisaient souvent reprendre par des régiments plus anciens ou se soudaient ainsi à d’autres unités, ce qui permettaient constamment une circularité combative.

Une nouvelle explosion faucha l’un des renforts du pont, ses poutres rouillées retombant dans l’eau acide qui vola dans les airs telle les éclats d’un feu d’artifice lors d’une soirée de festivités. Le colonel saisit son casque attaché à sa ceinture de cuir depuis le début du voyage et l’attacha. La sirène de la péniche s’était allumée et ses rayons circulaires illuminaient tour à tour les visages apeurés des nouvelles recrues alors que les anciens restaient stoïques. La peur de la mort avait laissé place chez eux à une sorte de léthargie qui ne s’exprimait que dans leur rage de combattre. Ils étaient désormais plus poussés vers l’avant que vers la fuite, sachant que dans leur défaite et dans leur lâcheté, ils damneraient ceux qu’ils aiment. Ils avaient une raison de combattre.


Cet Alexeï leur en avait donné une. Leur monde se mourrait. Leurs villes se brisaient. Le Grand Ennemi était là.
« Que l’Empereur nous garde en ces moments de terreur. » commença le père Chris, du temple des Saint Septimus. À sa ceinture pendait une lourde épée de facture douteuse ornée d’un aquila fait en argent, seule richesse de son arme. Dans sa main droite, il tenait un pistolet semi-automatique digne des modèles qu’usaient les milices locales et les policiers.
« Que Son regard divin nous envoie la force de Sa main. Que la droite et la gauche que sont les Septimus veillent sur nous, que par leur dévotion ils arrêtent les balles qui devraient nous tuer, que par leur amour ils soignent nos blessures. »
Le credo employé par le jeune membre de l’ecclésiarchie remplit de courage le cœur de Frey. Le colonel était un jeune homme qui avait récemment pris le commandement à la mort du lieutenant-colonel Defoe.
« Baïonnette au canon. » hurla-t-il alors que le prêtre sortait sa bible pour poursuivre ses scandes.
Les hommes s’exécutèrent, vissant leur lame de fabrique industrielle au bout d’armes de faible qualité. Les standards autrefois admirables des fabriques d’Agripinaa avaient fortement chuté depuis la conquête de plus de la moitié de la planète par les forces du Chaos. Les fusils lasers n’avaient plus rien de leur valeur antérieure. L’alliage de leur corps était plus lourd, plus simple, les stabilisateurs avaient été retirés et le pointeur laser avait été remplacé par une simple mire en acier située sur la bouche du canon de l’arme. Seul l’Aquila présentait toujours la même splendeur. Symbole de foi de l’Imperium, l’aigle bicéphale rappelait toujours aux hommes la cause pour laquelle ils combattaient et certains en portaient des exemplaires au bout d’une chaîne pendue à leur cou.

« Nous serons arrivés dans vingt minutes, colonel. » fit celui qui maniait le volant de la péniche, tournant ce dernier pour prendre un nouveau cap. Les récits devant eux se détaillèrent au fur et à mesure qu’ils en approchaient pour mieux les contourner. Il s’agissait là du haut de la carcasse d’une machine cyclopéenne…probablement l’un des navires marchands qui parcouraient le fleuve auparavant. Ses turbines étaient recouvertes de la suie retombant des cieux de par la population intensive que subissait l’écosystème de la planète industrielle.
Une série d’appareils aériens filèrent au-dessus des barques, s’élançant vers la plage ou des troupes ennemies énormément nombreuses commençaient à se préparer à recevoir l’assaut. Des explosions secouèrent la ligne ennemie alors que les bombardiers les survolaient dans un sifflement strident.

L’officier supérieur n’avait rien répondu à son subordonné, il était pris dans la contemplation des terribles bannières qui étaient brandies dans les rangs massés de renégats et au-dessus du parapet des innombrables tranchées. Ces icônes infernales lui firent tourner de l’œil et un terrible malaise s’empara de lui. Il resta ainsi de longues minutes.
« Mettez vos casque, ça risque de commencer à tomber. » ordonna le jeune officier. Il s’assura que son arme était chargée, que son pistolet était aussi prêt à l’emploi. Il avait en main un fusil laser modèle Astporlien, de grande qualité bien qu’il n’avait rien à voir avec les armes produites par Agripinaa au temps de sa gloire.

Le temps fila lentement, le ciel recouvert de nuages se déchira d’éclairs alors qu’une nouvelle tempête surnaturelle éclatait. Les vagues de pollution de la mer Agripineenne se levèrent. Heureusement, les flancs des péniches étaient hauts et évitaient l’eau toxique d’entrer dans les navires. Celle-ci était aux limites d’être mortelle sur le coup et y rester de façon prolongé était fortement dangereux.
« Nous arrivons dans trente secondes, colonel. » fit la voix du pilote de la barque en tirant la culasse de son pistolet à projectiles solides alors que son copilote prenait place à la petite tour latérale sur laquelle avait été installé une mitrailleuse lourde à double-canon. Il la chargea en tirant son verrou et se prépara à couvrir l’infanterie. La sirène du navire sonna et les hommes commencèrent à s’agiter, se retournant vers le devant du navire. Lorsque la porte tomba, les chaînes à moteur hydrauliques se relâchant d’un coup sec, le temps sembla se ralentir. Le colonel put voir les silhouettes tremblantes de chacun de ces hommes, ceux-ci agrippant leurs armes comme si elles allaient pouvoir les sauver. Leurs gilets pare-balles de factures Agripineenes étaient leur seule source de protection face à des armes à feu d’une rare puissance et il savait que ce n’étaient pas de petites feuilles de céramite et de plastacier qui allaient les sauver de la mort. L’image qu’ils avaient dès lors devant eux était terrible : la plage était agitée de créatures inhumaines qui attendaient, armées de simples crochets, fléaux, machettes ou même des gourdins.
« Lieutenant Kerval ! » beugla le colonel. « Faites feu dans ces résidus ! »
Il n’avait même pas fini de donner l’ordre que la mort tomba. Du haut des bunkers situés sur des collines de débris et de cadavres, les renégats ouvrirent le feu. Les balles filèrent à droite comme à gauche et heureusement, les conscrits et esclaves du Chaos n’étaient pas des troupes toujours efficaces et ces tirs se perdirent tout d’abord contre le flanc de la barque qui encaissa dans un son sourd.
« Vite ! Chargez ! L’Empereur protège ! » hurla Frey. Il s’élança, son fusil laser dans les airs et tira une rafale en signe de défit. Il avait vécu un débarquement de ce type auparavant, un seul, et il en gardait de mauvais souvenirs. Lorsque ses fantassins mirent le pied hors du sol rassurant du navire, ils furent dans l’eau acide et polluée, déjà rougie par la mort de milliers d’hommes au champ d’honneur. Les fusils lasers du 128ème régiment tonnèrent aussitôt, criblant les premiers hérétiques et mutants de rayons ardents. Ceux-ci s’élancèrent à la rencontre de leur ennemi.
C’était brillant comme gaspillage d’esclaves, ils retardaient ainsi l’avance des gardes impériaux qui ensuite seraient désorganisés et des proies faciles. Les mortiers situés en haut des collines ouvrirent alors le feu, explosant dans les rangs de la garde impériale. Frey vit les mille cinq cents hommes de son régiment charger sous le feu ennemi pour être fauchés par escouades entière. Une péniche à leur droite explosa dans une gerbe d’éclats et de métal tordu.

« Courez plus vite, bande de rats ! » hurla le commissaire Henmark à leur droite, son pistolet laser tonnant vers chaque hérétique qui s’approchait trop de lui. Son membre cybernétique se saisit de la gorge de l’un des mutants et lui cassa le coup avant qu’il n’envoit son pistolet laser comme un couteau dans un piqué au milieu du visage d’un autre. Le nez brisé de l’hérétique et coulant de sang s’enfonça dans son crâne pour ne plus jamais en ressortir.

Les forces que combattaient les gardes impériaux étaient réellement trop faibles et subirent rapidement la force du nombre imposant des loyalistes et de leur entraînement.
« Colonel, positions alpha et gamma établies ! » beugla la radio de son adjuvant, le caporal Menser. Ce dernier se jeta à couvert derrière la carcasse ruinée d’un véhicule détruit de la garde impériale.

Un nuage de fumée se leva sur le champ de bataille et déjà, Frey voyait que sa ligne de front se brisait. Ses pelotons se dispersaient et les rares véhicules de soutiens du régiment furent détruis avant même leur arrivée à la grève.
« Menser, dites au lieutenant Gerk de prendre cette habitation en ruines là-bas, je veux que lui et ses hommes la prennent et ne bougent pas de là sans mon ordre ! »
« Oui colonel. » répondit l’opérateur radio alors qu’il programmait la fréquence et se saisissait de l’appareil.
« Ici QG 128ème à Gerk, répondez. »
« Gerk à QG 128ème. À vous. »
« Prenez l’habitation en ruines située à trois kilomètres au nord-est de notre position de débarquement. »
« Est-ce que vous avez bien atterrit à la position prévue par le plan d’invasion ? » demanda l’officier.
« Oui, lieutenant. Nous n’avons guère de temps à perdre. Déployez-y vos armes lourdes et couvrez notre position. »

Frey voyait que la situation ne s’améliorait pas. Depuis son couvert, il vida son premier chargeur vers un bunker duquel provenaient les tirs d’armes lourdes qui ralentissaient tant leur progression. Les hommes ne voyaient difficilement à plus de quinze mètres devant eux, si ce n’étaient les flashs continus des explosions du bombardement de couverture de l’Artillerie impériale située à l’autre rive. Une vingtaine d’hommes passa à la droite du couvert du colonel au pas de course et le bruit continu des explosions et des tirs se poursuivit. Quelques instants plus tard, des membres déchiquetés retombaient sur le sol en une terrible averse avant d’êtres recouverts par la poussière et le sable soulevés par les explosions. Trois cent mètres plus loin, le capitaine Tral de la troisième compagnie tentait d’avancer sous un barrage de mortier et il subissait de lourdes pertes alors qu’aucun couvert n’était efficace. Le sifflement des obus déchirant le ciel avant de s’effondrer et d’emporter la vie de dizaines de malheureux dans leur feux d’artifice.

Déjà, quelques chenillés s’étaient rendus à la plage et progressaient dans un claquement continu. Il s’agissait là de véhicule d’assauts légers, à mi-chemin entre la chimère et le Leman Russ. Ils n’étaient que très peu employés par la garde impériale car, si ce n’était de son coût de fabrication et de matériel, ils n’avaient aucun avantage sur aucun des deux modèles. Ils sacrifiaient leur espace de transport pour les munitions et du blindage supplémentaires mais ne pouvaient pas faire usage d’armes lourdes puissantes tout en bougeant au vu de sa faible capacité de traction. Malgré tout, il s’agissait là d’un soutient apprécié. Leurs autocanons de tourelles ouvrirent le feu, déchiquetant des pans de murs des bunkers et des murailles de plasbéton qu’utilisaient les forces renégates en place.
_________________
Quelles que soient nos croyances, aujourd'hui il est temps de défendre notre réalité en se tenant dos à dos et épaule à épaule afin de protéger et créer la liberté à laquelle nous aspirons tous.

-Alexeï Daïmoxe


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Avr - 10:37 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Baâl
Prince du Sang

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2008
Messages: 373
Grade: Prince du sang, maître de la 2nd Host du chaos
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 11:34 (2008)    Sujet du message: Débarquement Agripinéen. Répondre en citant

Bien sympa ce petit essai ^^
La scène indémodable du débarquement d'Omaha Beach (je crois que c'est cette plage là), présente dans de nombreux jeux et films, fonctionne très bien en version 40K Smile

On retrouve avec plaisir ton style d'écriture et l'ambiance de tes textes, ça faisait un petit moment et c'est pas déplaisant Wink
En bref, un bon texte ^^
_________________

Ne jamais plus sortir de chez soi un 17 Mai ! Risques de se perdre xD


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Alexeï Daïmoxe
Archange Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2008
Messages: 713
Grade: Inquisiteur
Masculin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 12:04 (2008)    Sujet du message: Débarquement Agripinéen. Répondre en citant

C'est ce que je me disais, un petit coup de temps à autres, j'essaierai d'écrire une petite suite le plus rapidement possible, en attendant que la bataille finale trois ne soit postée Wink
_________________
Quelles que soient nos croyances, aujourd'hui il est temps de défendre notre réalité en se tenant dos à dos et épaule à épaule afin de protéger et créer la liberté à laquelle nous aspirons tous.

-Alexeï Daïmoxe


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Dark Typhon
Forces du désordre

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2008
Messages: 698
Grade: Maître des Forges, Membre du Triumvirat, ...
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 13:02 (2008)    Sujet du message: Débarquement Agripinéen. Répondre en citant

En effet très bon texte et ce style de débarquement change, l'action est bien mené et on visualise bien le carnage, de même tu as utilisé les unités aériennes... GJ !
_________________
Cours chaotique


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Baâl
Prince du Sang

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2008
Messages: 373
Grade: Prince du sang, maître de la 2nd Host du chaos
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 13:02 (2008)    Sujet du message: Débarquement Agripinéen. Répondre en citant

Sa correction est rendue où ? (à la part 3)

Sinon, je t'encourage à faire une suite oui Wink
_________________

Ne jamais plus sortir de chez soi un 17 Mai ! Risques de se perdre xD


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Alexeï Daïmoxe
Archange Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2008
Messages: 713
Grade: Inquisiteur
Masculin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 23:10 (2008)    Sujet du message: Débarquement Agripinéen. Répondre en citant

HS: la correction avance pas trop ces temps ci, je n'ai pas du tout de motivation, et ce texte là m'a pris de terribles efforts, mais tout devrait revenir d'ici là, j'ai surtout beaucoup d'occupation et donc, l'écriture a pris un peu le bord.

Sinon oui, il y aura de petites suites, et je compte bien faire évoluer le combat sous plusieurs angles de vue.
_________________
Quelles que soient nos croyances, aujourd'hui il est temps de défendre notre réalité en se tenant dos à dos et épaule à épaule afin de protéger et créer la liberté à laquelle nous aspirons tous.

-Alexeï Daïmoxe


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:45 (2017)    Sujet du message: Débarquement Agripinéen.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Guerre Obscurae Index du Forum -> Espace de Campagne -> Récits et Fiction Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Space Pilot 3K template by Jakob Persson.
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com